Détournons les proverbes, soyons des surréalistes !

Quand les élèves de seconde 3 suivent la piste de Paul Eluard et Benjamin Péret…
lundi 7 mai 2012
par  Ingrid GHILARDINI

L’argent n’a pas d’humeur.

Dur à la pelle âpre aux terrains.

La passion nuit à la caution.

Le cri efface la cure plus vite que la conséquence.

Meurs pour apprendre, plus tard tu crieras.

Les ressemblances de la colère sont beaucoup plus graves que ses roses.

Terreux au pieu malheureux en amour.

La danse est rêve de sureté.

Mieux vaut Dieu seul que mal assuré.

La poire est un raccourci vers la division.

Le mensonge sort de la bouche des parents.

Mieux vaut choisir que grandir.

Qui gratte bien, grandit bien.

Mieux vaut venir que partir.

A chaque tour suffit sa reine.

La manigance est mère de cruauté.

Il ne faut pas mettre la cohue avant les gueux.

Il n’est pire mistigri que ses poches.

A l’impossible, nul n’est pendu.

Apprends la tendresse dans la franchise des autres.

Mieux vaut être veule que mal habillé.

Rien ne sert de chérir il faut partir très loin.

Qui vole du pain prend un bain.

Qui ne chante bien n’a rien.

Chose méprise chose due.

Après la nuit, le néant.

Tant va la bûche à l’eau qu’à la fin elle se lasse.

Avaler saint Pierre pour recracher saint Paul.

Il faut battre le ver tant qu’il est beau.

Qui ne plante rien n’a rien.

Il vaut mieux être un canard qu’un navet.

Il faut battre le père pendant qu’il est chaud.

Mieux vaut lard que bonnet.

Pierre qui boule n’amasse pas rousse.

Tout est rien qui finit rien.

Tous les bouts sont dans la mâture.

Il faut attendre le dîner pour dévorer la vie.

Les murs n’ont pas d’orteils.

Qui ne dit mot attend.

Aux grandes peines les grands rêves.

Qui vole un jour vole toujours.

Qui mange un veuf croque sa meuf.

Battre le verre tant qu’il est encore beau.

Les biens ne font pas les bas.

La vie ne fait pas la douane.

En avril, ne découvre pas ton âme, en mai répare ton cœur et en juin vêts-toi d’un brin d’amour.

Fleur qui soupire n’est pas bonne à s’ouvrir.

La folie vient en criant.

Pour être franc, il faut avoir été millefeuille.

A rire joyeux rien d’ordinaire.

Qui rognera règnera.

La raison du castor est toujours la frayeur.

Il faut pendre le bourreau dans les formes.

Il ne faut pas mordre le diable avant de l’avoir mangé.

Quand le temps n’est pas là ton corps pense.

Quand le loukoum sort il fait beau dehors .

Tout est très loin à qui va en cendres.

Mieux vaut s’endormir que jaunir.

Quand on n’ a pas de choux de bruxelles, il faut courir jusqu’à Fouras.

Il n’y a que les moines qui ne changent pas d’habits.

Il n’y a que la stupidité qui froisse.

Jamais toi sans moi.

La vie ne fait pas la mort.

Ose cerise chasse la brise.

Le tourbillon fait le torse.

Pas de coccinelle, bonne jumelle.

Il faut battre le réverbère pendant qu’il est manteau.

A chaque amour suffit sa haine.

On n’est pas pomme, on la retient.

Quand on tord un cou, la mort est un jeu.


Val Infos

LOL Valin


Paiement en ligne Service restauration


Portail du CDI


Education Nationale