L’art de la calligraphie japonaise

ou la chorégraphie poétique d’une écriture
lundi 23 octobre 2017
par  Nicole VITRE

Si la calligraphie existe depuis longtemps et si elle se retrouve dans toutes les civilisations, il y en a une en particulier qui a su donner une place toute particulière à cet art : le Japon.
L’art de la calligraphie japonaise est daté depuis le VIème siècle, introduit en même temps que les idéogrammes chinois par les moines bouddhistes. Elle inventerait des styles proprement japonais sur la base des canons de la calligraphie chinoise.
Très rapidement des experts tel que Kûkai dit Kobo Daishi se sont mis à faire des œuvres pour leur empereur.

De l’époque Kamakura (1185-1313) à l’ère moderne au XIXème siècle, l’art de la calligraphie continua de se développer en suivant l’évolution de cet art en Chine. La plus vieille calligraphie japonaise date de 623 ; elle figure sur la statue Bouddha de la médecine du temple Hôryô.

Entre l’art du thé ( chanoya ), l’art des fleurs ( ikebana ) entre autre, la calligraphie ( shôdô ) est un des plus populaires Beaux-Arts du Japon. Elle incarne la beauté mais aussi le sens.

Shôdô ou la voie de l’écriture, c’est un art qui possède un sens philosophique influencé bien souvent par le bouddhisme zen. C’est un art admiré et estimé.

La pratique de l’art de la calligraphie est basée sur plusieurs styles d’écriture. Mais il existe principalement 5 styles majeurs qui ont été inventés en Chine mais qui ont évolué au cours du temps et correspondent aux besoins et outils de leur époque.
La calligraphie japonaise n’a pas pour but le développement d’une belle écriture seulement formelle, elle vise à donner vie aux idéogrammes en faisant appel à la créativité.

Les outils pour pratiquer l’art :

  • Utiliser des pinceaux (fude) avec un corps généralement en bambou et pointe en laine ou en poil de blaireau
  • Un papier de riz japonais ou Hanshi
  • Encre liquide ou solide en frottant une pierre d’encre humide.

Lors de la conférence du 29 septembre 2017 au lycée René Josué Valin, nous avons pu rencontrer Frédéric KUHNAPFEL calligraphe et fondateur de l’école privée Tsukiyo de La Rochelle et ainsi découvrir cet art par ses démonstrations et la présentation de son livre « Japon d’encre et de lumière ». Ce dernier a été écrit en collaboration avec un ami photographe avec qui il a en commun cette passion pour le pays du soleil levant.

Pratiquant la calligraphie depuis 25 ans Frédéric KUHNAPFEL a su nous faire partager sa passion, avec beaucoup de simplicité et un discours posé en expliquant les grands principes de cet art.
Utilisant parfois des exemples concrets pour nous rendre spectateurs de la beauté de ses gestes et des œuvres réalisées devant nous.

Après la présentation des outils, il nous a fait comprendre le sens important de chaque geste effectué. Mais aussi le tracé du trait, le rythme de celui-ci, qui demande d’avoir un souffle particulier au moment du tracé.

La beauté de l’œuvre calligraphique s’exprime dans la forme, la taille, la position du caractère tracé, le dégradé et l’épaisseur des traits et de l’encre.

Dans la force des coups de pinceau, s’invitent nos émotions. Ce qui explique que l’on ne peut continuer ou reprendre une œuvre le lendemain ou plus tard, car l’état d’esprit n’est plus le même.

La conférence s’est terminée sur la découverte d’œuvres exposées dans la galerie du lycée, présentant une partie des aquarelles et dessins de Frédéric KUHNAPFEL, offrant ainsi à nos yeux, la richesse d’un art naturel, esthétique, mais qui est avant tout un art de vivre.




Noémie DESAYVRE 2nde 10 (Arts Visuels)


Val Infos

Sécurité


ProNote

En cas de problème cliquer ici

Applications PRONOTE gratuites pour Android ; Apple et Windows Store
Cliquer pour télécharger


Restaurant scolaire


Portail du CDI


Et accès infos TPE

Soutien scolaire

Région Nouvelle Aquitaine

Académie de Poitiers


Transports scolaires



Education Nationale