Alexandra Badea

Invitée par LEAR au Lycée Valin
mercredi 13 décembre 2017
par  Sophie DEBOUTE

Soutenue par la région Nouvelle-Aquitaine et par le lycée Valin, l’association LEAR a invité l’écrivain Alexandra Badea à s’entretenir avec des élèves de première et de terminale.
Voici un compte-rendu de cette rencontre rédigé pat trois élèves de 1ère L3.

Le jeudi 16 novembre 2017, les classes de terminale L2, de première L2 et L3 et STL ainsi que les élèves de première option facultative "Théâtre" ont assisté, dans la salle de conférence du lycée, à une rencontre avec la dramaturge, romancière et metteur en scène d’origine roumaine Alexandra Badea.

Avant la rencontre :

Chaque classe avait travaillé à sa manière l’œuvre de l’auteur pour préparer sa venue.
La première L3 a ainsi effectué un travail de recherches autour du lobbyisme, thème abordé dans la pièce de théâtre Europe Connexion dont elle a ensuite étudié quelques extraits. La première STL avait quant à elle travaillé sur des extraits de Pulvérisés. De leur côté, les élèves de première et de terminale "Spécialité Théâtre" et ceux de première inscrits en option facultative "Théâtre" avaient mis en scène et répété plusieurs passages des pièces Burnout et Contrôle d’Identité qu’ils ont pu jouer devant l’auteur lui-même.
Ainsi, lors de notre rencontre avec l’auteur, les échanges de questions et de réponses furent rythmés par des intermèdes théâtraux qui ont permis de donner corps aux textes de Mme. Badea.

La rencontre en quelques thèmes :

Nous avons beaucoup apprécié la gentillesse de l’auteur qui s’est livrée avec spontanéité et qui a volontiers répondu à toutes nos questions, de son enfance en Roumanie à son parcours et son travail d’écrivain.

  • ÉCRIRE EN FRANÇAIS : Alexandra Badea a par exemple expliqué qu’elle ne pouvait pas écrire dans sa langue maternelle, le roumain, parce qu’alors les mots ne sortent pas ou bien ils lui semblent mièvres. C’est pourquoi, après avoir longtemps vécu en France, c’est le français qui lui a permis de s’exprimer.
  • INSPIRATION : Alexandra Badea dit s’inspirer surtout de ce qu’elle entend et de ce qu’elle voit dans l’actualité, notamment de faits qui la touchent – voire qui l’agressent – profondément. Elle écrit donc sur une société qu’elle voit évoluer d’une manière qui ne lui convient pas toujours. Et c’est cela qu’il faut dire pour prévenir peut-être… Le monologue d’Europe connexion qui met en scène un lobbyiste travaillant pour l’industrie agroalimentaire au Parlement européen, lui a d’ailleurs demandé de nombreuses recherches documentaires.
  • LE CHOIX DES GENRES : L’auteur a suivi une formation de metteur en scène à l’université de Bucarest. L’écriture théâtrale s’est donc imposée, même si elle a aussi écrit un roman, Zone d’amour prioritaire, dont elle a d’ailleurs lu quelques extraits pour clore la rencontre. A.Badea a ainsi expliqué que, par rapport au roman, l’un des précieux avantages du théâtre était qu’il pouvait bénéficier d’une sorte de « seconde main » grâce à la mise en scène. Puis il a été question de ses projets cinématographiques comme l’écriture d’un scenario qui sera une adaptation de sa pièce Pulvérisés qui avait reçu, en 2013, le "Grand prix de littérature dramatique".
  • UN REGARD SUR LES ECRITS ANCIENS : à une question qui lui demandait s’il y avait un ouvrage qu’elle aimait moins parmi ceux qu’elle a écrits, la dramaturge a expliqué qu’elle ne regrettait aucun de ses anciens textes parce qu’ils sont la preuve de son travail passé ; mais elle a dorénavant conscience que sa plume ne cesse d’évoluer. Et si, seule, elle ne relit pas ses œuvres, elle en fait volontiers des lectures pour les autres. Et ce, pour notre plus grand plaisir !

Agathe, Gwendal et Nina, pour la 1ère L3.


Val Infos

LOL Valin


Paiement en ligne Service restauration


Portail du CDI


Education Nationale